« Personne n’est plus disposé à sortir de la pauvreté que ceux qui vivent dans la pauvreté » – Edwin Ikhuoria, directeur de ONE Afrique

Dans cette interview, la Fondation Tony Elumelu s'entretient avec Edwin Ikhuoria, directeur exécutif Afrique de la campagne ONE, qui dirige le travail de plaidoyer de ONE à travers le continent. Edwin a passé plus de 19 ans dans le secteur du développement et, avant de rejoindre ONE en 2014, il a travaillé pour l'unité d'évaluation de l'impact sur le développement de la Banque mondiale. Son travail de plaidoyer couvre les politiques favorables aux pauvres et la transparence dans les finances publiques, la santé, l'agriculture, la sécurité alimentaire, l'environnement et le commerce, impliquant régulièrement les décideurs politiques et les groupes de la société civile africaine au cours des 15 dernières années.

Merci de vous joindre à nous, Edwin. Vous avez eu un parcours professionnel très intéressant. Pouvez-vous nous faire un petit historique de votre carrière ? comme?

Je suis entré dans le secteur du développement en travaillant avec l'Association nationale des commerçants nigérians en tant que responsable de la communication et du plaidoyer, puis j'ai dirigé le travail de communication et de plaidoyer pour NANTS. En 2009, j'ai rejoint un projet de l'USAID visant à gérer les réformes commerciales et douanières au Nigeria, puis j'ai rejoint la Banque mondiale en tant que chercheur évaluateur d'impact en 2012 au sein de l'unité d'évaluation d'impact de la Banque mondiale appelée DIME. J'étais donc à la Banque mondiale lorsque la Fondation Tony Elumelu (TEF) a financé un poste pour la campagne ONE en tant que responsable/représentant national du Nigeria pour la campagne ONE et c'est à ce moment-là que j'ai postulé et que je me suis avéré être l'heureux candidat qui j'ai obtenu ce poste.

 C’est grâce à ce soutien en 2014 que j’ai rejoint la campagne ONE et que j’ai dirigé la partie nigériane de ce travail. Il était fortement axé sur le secteur agricole parce que nous préconisions davantage d'investissements dans le secteur agricole. Nous avons travaillé avec des gens comme D'banj qui ont amené 19 autres artistes africains à composer la chanson de la campagne.

Grâce à cet investissement, le Nigeria a mobilisé environ 2,1 millions de nairas pour cette campagne, qui était presque la plus grande campagne menée simultanément à l'époque.

Même si nous n’avons pas obtenu l’allocation de dix pour cent que nous recherchions dans l’allocation du gouvernement fédéral à l’agriculture, nous avons tout d’abord obtenu une augmentation des investissements en termes d’allocation du secteur public à l’agriculture. Cela a conduit au lancement d’un programme Agropreneur par Akinwunmi Adesina, alors ministre de l’Agriculture.

Après la subvention d'un an de la fondation, j'ai dirigé le programme pendant trois ans chez ONE au Nigeria, puis je suis passé à la transparence et à la responsabilité de la campagne ONE au niveau régional.

Comment votre expérience chez ONE a-t-elle façonné votre démarche en matière de politique et de développement durable ?

2018 a été l’année de la victoire dans la lutte contre la corruption au niveau africain. J'ai dirigé le travail de ONE à cet égard jusqu'en 2019, date à laquelle je suis revenu dans l'équipe Afrique en tant que conseiller principal pour la politique et le plaidoyer. En 2020, je suis devenu directeur général. Le parcours a été très intéressant en termes de plaidoyer et d’amener les questions qui touchent les personnes les plus pauvres à figurer en tête de l’agenda politique.

La politique d’élaboration des politiques à travers le continent a été assez intense. Au moment où nous parlons, nous essayons d'attirer l'attention sur le programme de création d'emplois. La simple raison pour laquelle cela est important pour nous est que, même si le chômage était déjà un gros problème auparavant, nous avons vu un nombre record de personnes perdent leur emploi sur le continent et nous pensons que s'il est un moment où nous devons prêter attention à la création d'emplois, c'est bien le moment.

Compte tenu de l’impact que la Fondation a eu en termes de mobilisation des entrepreneurs à travers le continent, le moment est venu de commencer à entendre la voix des entrepreneurs eux-mêmes en termes d’obstacles structurels qui les empêchent de créer le type d’emplois qu’ils devraient créer. ou faire des affaires au niveau qu'ils devraient faire, même avec le soutien qu'ils ont reçu.

Mon parcours dans la campagne ONE est le résultat du soutien de la Fondation Tony Elumelu à l'Afrique et cela m'a permis de me lancer plus loin dans cette trajectoire jusqu'à là où je suis aujourd'hui, en tant que directeur exécutif de ONE en Afrique.

C'est impressionnant. Quel a été le principe directeur de votre carrière jusqu’à présent ?

Pour moi, c'est : tirer le meilleur parti de l'opportunité qui s'offre à vous actuellement. Je pense que pour moi c'est le plus grand car il ne faut pas penser qu'une opportunité est trop petite. Lorsque vous en faites le maximum, d’autres portes commencent à s’ouvrir.

Ne négligez aucune expérience parce que vous ne savez pas quand elle se présentera pour vous ou vous aidera à briser le plafond de verre. Vous pouvez apprendre de plusieurs manières – que ce soit au niveau de la direction ou sur le terrain où vous interagissez directement avec les gens, vous acquérez simplement certaines compétences par la façon dont vous interagissez avec les gens. Vous élargissez votre base de connaissances en fonction du type de sujets dans lesquels vous êtes impliqué. C'est un principe de tirer le meilleur parti de toutes les opportunités qui s'offrent à moi et cela m'a vraiment aidé à faire progresser ma carrière.

Un conseil aux entrepreneurs africains qui démarrent de nouvelles entreprises pendant la pandémie ?

Innover, se différencier ou mourir. Période.

Il faut mettre ça sur un T-shirt….

Si vous n’innovez pas et ne vous différenciez pas, vous ferez tout simplement faillite car de nombreuses personnes font ou tentent de faire exactement ce que vous faites.

Si vous n’innovez pas, ne vous démarquez pas ou ne différenciez pas votre produit/service, vous perdez votre pertinence et c’est une leçon que Covid a enseignée à tout le monde. Les innovateurs ont tiré le meilleur parti de la pandémie tandis que ceux qui restaient coincés dans les méthodes traditionnelles ont disparu.

Donc, s’il y avait une leçon à retenir, ce serait : « innover, se différencier ou mourir ».

Comment pensez-vous que les agences de développement peuvent élargir leur compréhension de l’impact en Afrique ?

C'est parfait, mais si je sais comment, je suis sûr qu'ils l'auraient déjà fait maintenant, donc je n'ai pas la solution sur la façon dont ils commenceraient à y penser. Mais devraient-ils commencer à y réfléchir ? Définitivement oui. En fait, la raison pour laquelle nous avons pris la création d'emplois comme priorité, sachant très bien que la création d'emplois n'appartient même pas au gouvernement mais au secteur privé, c'est pour permettre et créer l'espace pour que cela se produise, en particulier au sein de l’écosystème de l’accès, des infrastructures, des opportunités, etc.

Ce que nous avons constaté au fil des années, c'est que l'aide au développement a catalysé un impact que nous ne pouvons ignorer, à savoir l'éradication de la poliomyélite sur le continent. L’argent du secteur privé n’aurait pas pu faire cela, et l’argent du secteur public s’essoufflerait en très peu de temps. Mais l’argent des donateurs a permis d’assurer l’arrivée du projet, sa pérennité et son maintien jusqu’à son terme.

Également dans la prestation de services, certaines communautés n'auraient peut-être pas pu voir de forage sans l'aide au développement, car pour le secteur privé, ce n'est pas commercialisable pour y investir son argent et ce n'est pas viable. L’aide au développement a eu un impact à cet égard, mais elle est très symbolique et microéconomique, c’est pourquoi nous devons commencer à réfléchir à des investissements axés sur le marché. Des investissements, car c'est la seule façon de garantir des rendements, non pas par charité, mais par des investissements dans les personnes en termes de capacités humaines, puis dans des systèmes afin qu'ils puissent catalyser la croissance et l'innovation inhérentes aux personnes.

Il existe deux rôles complémentaires dans le développement : l’élément caritatif doit être stratégiquement ciblé sur des systèmes changeants qui permettront aux investissements du secteur privé, aux innovateurs et aux hommes d’affaires de prospérer. Tout type d’investissement qui ne conduit pas à ces changements systémiques ne sera que symbolique, à court terme et échouera.

Mon plus grand conseil est de considérer les choses de ce point de vue : personne n’est plus disposé à sortir de la pauvreté que ceux qui vivent dans la pauvreté. Si nous essayons de mettre fin à l'extrême pauvreté, en tant que personne vivant dans la pauvreté, j'ai plus envie de m'en sortir que quiconque à l'extérieur, et la seule chose que vous puissiez faire est de me permettre d'y parvenir, pas en me donnant du poisson. et de la nourriture à manger – ça a sa place – mais en mangeant un système qui me permet de sortir de la pauvreté et c'est là que les investissements sont nécessaires. Comment me donnez-vous les moyens de me sortir de la pauvreté ? Cela ne peut se produire que lorsque vous créez des opportunités.

Les agences de développement devraient se demander : quels sont les changements systémiques qui permettront aux gens de se créer des opportunités ? Quels sont les investissements nécessaires pour donner aux gens l’accès dont ils ont besoin ? Quelles sont les questions de gouvernance auxquelles il faut répondre pour donner aux gens les moyens de sortir de la pauvreté ?

Même si nous ne pouvons pas négliger la charité, il est temps pour nous de nous orienter vers des changements systémiques et de créer des opportunités plutôt que de simplement donner du poisson à manger aux gens.

100%. Et cela correspond également tout à fait à ce que nous souhaitons réaliser à la Fondation. Qu’attendez-vous le plus après le COVID ?

L’absence de plaidoyer hors ligne a été jusqu’à présent la plus difficile à gérer. J'ai hâte de revenir au plaidoyer hors ligne où vous parlez à de vraies personnes à la base pour réellement agir pour leur propre autonomisation.

J’ai hâte de retourner sur le terrain et d’interagir avec de vraies personnes pour les amener à exiger les changements dont elles ont besoin.

Sur le plan personnel, l’impact du Covid-19 a été dévastateur en termes de retombées économiques et d’insécurité. J'ai hâte que les choses reviennent sur la voie du rétablissement, de l'autonomisation et du développement.

Merci pour vos commentaires !

Rejoindre notre liste

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion et recevez des informations intéressantes et des mises à jour dans votre boîte aux lettres électronique.

Merci de vous être abonné.

Quelque chose n'a pas fonctionné.

REJOINDRE LE CERCLE TEF

Restez informé sur nos entrepreneurs, nos événements, nos recherches et plus encore.

GIVE US FEEDBACK
lien étroit

GIVE US FEEDBACK
lien étroit

LEARN ABOUT THE TEF IMPACT
lien étroit

MISE À JOUR DE LA POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ

Nous avons modifié notre politique de confidentialité afin de mieux protéger vos données personnelles ! Veuillez lire et comprendre notre politique de confidentialité mise à jour. Politique de confidentialité

J'accepte la politique de confidentialité mise à jour. Je comprends que l'utilisation de mes données personnelles par la Fondation Tony Elumelu sera conforme à la politique de confidentialité mise à jour.

Envoyer à un ami