Lettre du fondateur

En tant qu’Africain, je vois et j’ai vu de mes propres yeux – dès ma jeunesse – le lien entre l’environnement, la pauvreté et le climat. Je viens de la région du delta du Niger au Nigeria et, en grandissant, j'ai été directement témoin de la manière dont la dégradation et la tragédie de l'environnement conduisent à une tragédie humaine et sanitaire.

Lorsque ma femme et moi avons créé la Fondation Tony Elumelu en 2010, notre objectif était d’autonomiser et d’améliorer la vie des jeunes de manière catalytique, de manière à aider l’Afrique à se développer de l’intérieur. Nous pensons que personne d’autre que nous ne développera l’Afrique. Nous savons où le bât blesse et ce que l’on ressent. Treize ans plus tard, nous sommes très heureux de voir ces jeunes Africains que nous avons soutenus au fil des années – à quel point ils sont énergiques et à quel point ils sont enthousiastes à l'idée de contribuer, par leur propre contribution, à changer et à améliorer la vie sur le continent.

Nous constatons l’impact dévastateur du changement climatique sur le continent. Nous voyons à quel point son impact négatif prive des vies et des moyens de subsistance. Nous voyons des inondations. Nous voyons la famine. Nous assistons à la désertification. Nous voyons la maladie. La prévalence du paludisme augmente en raison des changements de température et des conditions météorologiques difficiles. La lutte contre le paludisme est devenue plus difficile que jamais. En effet, on ne peut pas parler de développement économique de l’Afrique sans lutter contre le changement climatique.

Le chômage est une trahison envers les jeunes Africains. Le chômage des jeunes reste un problème majeur sur le continent. L’impact désastreux du changement climatique aggrave le chômage. Nous lisons et entendons parler du problème de l'émigration des jeunes d'Afrique vers l'Europe dans des conditions très difficiles. Nous devons nous demander pourquoi ils font cela. Parce qu'ils sont motivés par la pauvreté ; ils sont motivés par le chômage, ils sont motivés par le fait qu'il n'y a aucun espoir pour demain, alors ils préfèrent mourir en traversant la Méditerranée plutôt que de rester assis sur le continent et sans emploi.

C'est la tragédie de notre vie. Nous devons travailler en collaboration – agences de développement, gouvernements et secteur privé mondial. Comment créer des emplois pour nos jeunes ? Comment pouvons-nous améliorer les conditions économiques et humaines sur le continent africain ?

Comment y parvenir face à l’impact climatique ? Si tu veux aller vite, tu y vas seul. Si tu veux aller loin, tu vas avec les gens. Pour que cela réussisse, nous avons besoin d’une coalition, d’une coalition mondiale, d’une coalition Nord-Sud. Nous avons besoin de nos femmes, de nos jeunes, de notre secteur privé, des agences de développement et du gouvernement, de nous tous unis pour propager et faire savoir au monde, comme nous le voyons chaque jour dans nos communautés respectives, que le changement climatique est réel. Cela a un impact révélateur sur la santé. Cela a un impact significatif sur le chômage. Cela a un impact énorme sur la sécurité.

Les personnes privées de leurs opportunités économiques se tournent vers l’extrémisme. J'ai vu cela de première main. L’extrémisme est alimenté par la pauvreté et aggravé par la désertification. Si vous regardez la région du Sahel en Afrique, une région qui souffre le plus du changement climatique, l’insécurité y est la plus élevée. Nos jeunes en Afrique vivent actuellement dans l'un des contextes les plus difficiles et les plus complexes au monde. Nous devons nous mobiliser en tant que dirigeants des secteurs public et privé pour aborder le rôle essentiel de la jeunesse dans la contribution à la paix, à la sécurité, à la stabilité et à la croissance économique en Afrique.

Les jeunes du continent, en particulier les entrepreneurs énergiques et dynamiques, présentent la meilleure opportunité de catalyser un développement économique durable pour l'émergence de l'Afrique. La réussite de nos jeunes entrepreneurs africains engendrera l’essor de la classe moyenne africaine. L'Afrique subsaharienne a le taux d'entrepreneuriat le plus élevé au monde : près de 601 TP3T de la population active sont des travailleurs indépendants ou des employeurs et nous devons exploiter ce potentiel pour le développement socio-économique du continent.

L'approche catalytique de la Fondation Tony Elumelu en matière de création d'emplois responsabilise les jeunes entrepreneurs dans les 54 pays du continent en fournissant un capital d'amorçage, une formation et un mentorat. Nos plus de 19 000 jeunes entrepreneurs africains qui ont été financés avec un capital d’amorçage de 5 000 US$ et ont reçu une formation commerciale et un mentorat ont créé directement et indirectement 400 000 emplois à travers le continent. Grâce à notre plateforme TEFConnect.com, nous avons donné accès à des contenus de formation en gestion d'entreprise à 1,5 million de jeunes Africains sur le continent.

Nous comprenons le rôle de l’entrepreneuriat dans le renforcement de la résilience climatique. Les entrepreneurs et leurs idées innovantes peuvent contribuer à résoudre la crise climatique à laquelle le continent est confronté – une combinaison dangereuse d’émissions de carbone, de dégradation de l’environnement et de réchauffement climatique. L'entrepreneuriat vert et l'agripreneuriat jouent un rôle essentiel dans la promotion d'un état d'esprit plus vert et plus durable ainsi que dans l'offre de solutions innovantes aux problèmes environnementaux, et nous devons inclure les personnes derrière ces entreprises pour pouvoir atteindre l'équité climatique à un niveau granulaire. Plus de 1 500 entrepreneurs de la Fondation Tony Elumelu dirigent de petites entreprises abordant des questions environnementales, dans des secteurs allant de la production d'énergie/électricité à la gestion des déchets. Les entrepreneurs du Nigéria, de l’Ouganda et du Kenya ont jusqu’à présent développé les entreprises les plus respectueuses de l’environnement et soucieuses du développement durable.

Notre dernier rapport d’impact montre notre approche et nos réalisations dans le domaine des espaces verts. Les entreprises vertes que nous avons soutenues ont collectivement créé près de 10 000 emplois décents. Pas moins de 841 TP3T de nos anciens élèves du TEF ont pris des mesures pour minimiser les émissions de carbone dans leurs opérations. Au total, 91% parmi nos entrepreneurs réduisent activement le gaspillage dans leurs pratiques commerciales. Grâce à nos programmes et à nos approches innovantes, nous progressons vers la réalisation de notre vision d’un continent autonome et prospère. Mais nous devons faire davantage.

Nous sommes impatients de nouer de nouveaux partenariats avec des partenaires partageant les mêmes idées et déterminés à autonomiser les jeunes entrepreneurs africains. Comme on dit, si on veut aller vite, on y va seul. Si tu veux aller loin, tu vas avec les gens. C'est une question de partenariat, c'est une question d'unité, c'est que nous prenions tous conscience qu'il y a tant à faire pour autonomiser les jeunes sur le continent africain. Une institution, une fondation ne peut pas y parvenir seule ; nous avons besoin du pouvoir de la collaboration, nous avons besoin du pouvoir du partenariat. Nous devons jouer notre rôle pour rendre le monde meilleur pour tous, car la pauvreté, où qu'elle soit, est une menace pour nous tous, partout dans le monde.


GIVE US FEEDBACK
lien étroit

GIVE US FEEDBACK
lien étroit

LEARN ABOUT THE TEF IMPACT
lien étroit

MISE À JOUR DE LA POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ

Nous avons modifié notre politique de confidentialité afin de mieux protéger vos données personnelles ! Veuillez lire et comprendre notre politique de confidentialité mise à jour. Politique de confidentialité

J'accepte la politique de confidentialité mise à jour. Je comprends que l'utilisation de mes données personnelles par la Fondation Tony Elumelu sera conforme à la politique de confidentialité mise à jour.