Transformer les braconniers en protecteurs

Toutes les espèces sur Terre, y compris les humains, dépendent des services fournis par d’autres espèces pour survivre. Cette diversité biologique fournit les ressources nécessaires au maintien des systèmes sains dont nous avons besoin pour prospérer. Les activités néfastes telles que la chasse peuvent avoir de graves conséquences sur l’environnement puisque les écosystèmes naturels sont interconnectés et interdépendants.

L'entrepreneur rwandais de 35 ans Ange Imanishimwe, qui est également un ancien élève 2016 du programme d'entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu, a cofondé et occupe le poste de directeur exécutif de l'Organisation pour la conservation de la biodiversité (BIOCOOR), une organisation qui intègre la conservation de la biodiversité, la santé communautaire, l'écotourisme, l'entrepreneuriat et le développement durable des populations autour du parc national de Nyungwe, au Rwanda.

Dans cette interview avec la Fondation Tony Elumelu, Ange partage son approche pour maintenir une interrelation positive, holistique et bénéfique où les humains contribuent positivement au développement durable.  

« Mon objectif est d'éradiquer l'extrême pauvreté et la malnutrition au Rwanda en créant 1 000 emplois verts chaque année », déclare Ange. « J’ai grandi en pensant que je devais quelque chose aux jeunes pour m’assurer de pouvoir changer la vie de la communauté du parc national du Rwanda. »

Ange, qui est également Mandela Washington Fellow du président Obama, offre des opportunités aux anciens braconniers, développer les entreprises d'écotourisme en dehors des zones protégées et créer des emplois grâce à la restauration des écosystèmes naturels.

Ange Imanishimwe œuvre pour équilibrer la conservation de la biodiversité et le développement communautaire au Rwanda

Dans un journal, il co-écrit, Ange a exploré l'intégration de la conservation de la biodiversité et du développement de l'écotourisme et sa contribution à la réduction de la pauvreté autour du parc national de Nyungwe au Rwanda, l'une des plus grandes forêts africaines de haute altitude.

« J’ai fait la biologie au collège parce que je m’intéressais à la biodiversité. Je n'ai pas commencé avec de l'argent. J'ai commencé par convaincre les gens de nous donner de l'argent, tout en soulignant la manière dont la biodiversité peut rendre les espaces verts et beaux. En 2012, nous avons négocié le $2000 à partir de zéro, et c’est ainsi que nous avons commencé. »

Depuis, Ange s'est donné pour mission de convaincre les gens de changer d'avis et de devenir les protecteurs du parc national.

Pour Ange, le programme d'entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu a été important pour la croissance de l'initiative.

« Le financement de démarrage que nous avons reçu de la Fondation Tony Elumelu a été très important pour pérenniser ce que nous faisons », dit-il. « Ce que je ferai, et ce que je continuerai de faire, c'est de m'assurer que nous pouvons conserver notre biodiversité et la communauté.

« Nous pouvons mettre fin au braconnage dans nos écosystèmes en développant les communautés autour des zones protégées. Parce qu’ils n’ont pas de besoins fondamentaux, mon travail consiste à m’assurer que je peux créer les opportunités de base afin qu’ils puissent avoir ce dont ils ont besoin et ainsi je suis sûr qu’il peut y avoir une approche gagnant-gagnant pour conserver la biodiversité. C’est important parce que les humains font partie de notre biodiversité.

Ange souligne également la nécessité pour les secteurs public et privé de reconnaître la nécessité urgente de maintenir l'écosystème, d'autant plus que les humains en dépendent largement.

Au Rwanda, malgré les efforts de conservation du pays, sa diversité biologique continue d'être menacée par la dégradation de son habitat, le changement climatique, la pollution, l'exploitation minière et le braconnage.

« Nous avons lancé un programme éducatif sur la conservation de la biodiversité urbaine », ajoute également Ange, soulignant que la biodiversité ne concerne pas uniquement les zones protégées délimitées.

« Le travail effectué par les oiseaux, les papillons et les abeilles est crucial pour l'écosystème et encore plus important que le travail des agriculteurs. Il devrait y avoir des efforts complémentaires entre les populations et la biodiversité, en particulier compte tenu de la question du changement climatique. Il est de la responsabilité de chacun de préserver la biodiversité.

Ange a cofondé un projet d'écotourisme communautaire ÉcoVillage de Nyungwe dédié à la promotion de l’écotourisme au Rwanda.

Pandémie de covid-19

Avec les restrictions liées au Covid-19 et l’accalmie des activités humaines, il n’est pas surprenant que la biodiversité soit sensiblement impactée. « La pandémie a eu un impact positif », explique Ange. « Dans notre région, le temps était plutôt propre et nous avons vu des animaux se promener en ville. »

« C’est l’occasion de voir comment nous pouvons créer des initiatives pour que les humains et la faune sauvage vivent d’une manière qui soit plus bénéfique pour l’autre.

« Parce que les humains sont plus intelligents que les animaux, nous avons pris le territoire des animaux », explique Ange. « Les maisons éparpillées partout ne sont pas une bonne stratégie pour vivre. Peut-être pourrions-nous avoir une stratégie consistant à réserver des terres pour les animaux, au lieu de prendre toutes les terres pour les fermes et les gens.

« Nous pouvons explorer le partage des terres, c'est-à-dire prendre un certain pourcentage de terres à des fins de conservation : par exemple, nous donnons 301 TP3T de terres au propriétaire et 701 TP3T à la biodiversité et nous mettons en œuvre des initiatives d'écotourisme pour inciter les habitants de ces zones à protéger ces zones.

Ange estime que les zones protégées devraient jouer un rôle dans le maintien des communautés locales qui les entourent. Et que l’écotourisme a le potentiel de générer des avantages locaux durables qui seront bénéfiques à long terme pour la communauté et l’écosystème.

« En Afrique, nous sommes très riches en ressources naturelles, nous devrions avoir la responsabilité de restaurer les écosystèmes afin de conserver la diversité biologique. »

Voir plus de Le travail d'Ange dans le parc national de Nyungwe au Rwanda

La vision d'Ange pour BIOCOOP est de placer le Rwanda au niveau des pays à revenu intermédiaire en intégrant la conservation de la biodiversité, l'écotourisme, la protection du climat, la santé communautaire, la gestion des ressources naturelles et le développement durable. Actuellement, les efforts de son organisation ont créé 27 emplois permanents et 1 800 emplois à temps partiel dans sa communauté.

Il également lancé le Centre de leadership pour la conservation Dr Imanishimwe autour du parc national de Nyungwe pour inspirer et responsabiliser davantage de jeunes de la communauté en intégrant le leadership et l'entrepreneuriat dans les sciences biologiques.

Ange est actuellement consultant en étude et suivi de la biodiversité dans la zone tampon du parc national de Nyungwe. Il prévoit d'étendre ses projets à l'Est d'Arica dans les 5 prochaines années et de créer 15 000 emplois verts.

Merci pour vos commentaires !

REJOINDRE LE CERCLE TEF

Restez informé sur nos entrepreneurs, nos événements, nos recherches et plus encore.

GIVE US FEEDBACK
lien étroit

GIVE US FEEDBACK
lien étroit

LEARN ABOUT THE TEF IMPACT
lien étroit

MISE À JOUR DE LA POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ

Nous avons modifié notre politique de confidentialité afin de mieux protéger vos données personnelles ! Veuillez lire et comprendre notre politique de confidentialité mise à jour. Politique de confidentialité

J'accepte la politique de confidentialité mise à jour. Je comprends que l'utilisation de mes données personnelles par la Fondation Tony Elumelu sera conforme à la politique de confidentialité mise à jour.